Archive pour la catégorie ' â–  LA CONNAISSANCE :'

Les savants

odieufaismoiavancerensaldin.gif
Calligraphie de Aldin Rashid
Verset coranique : « O Seigneur, accrois moi en science »

 

De nos jours, en totale contradiction avec les enseignements coraniques et prophétiques, une certaine approche idéologique de La Vérité, directement issue du rationalisme, veut imposer une lecture strictement littérale de la Révélation divine en éliminant purement et simplement tout ce qui dépasse cet horizon. Cette hypocrisie qui consiste à superposer sa haute idée mentale de Dieu à la Réalité divine est une véritable maladie. Comment croire en une partie du Livre et nier l’autre ! Comment se servir d’une partie pour en réfuter l’autre ? Comment alors envisager les « signes », les paraboles et le mystère dont parle le Coran ? Comment comprendre ce verset : « ce n’est pas les yeux qui sont aveugles mais les cœurs dans les poitrines qui sont aveugles » ? Mais faut-il s’en étonner quand le Prophète (saws) a dit qu’il y aura dans les derniers temps des hommes dont la lecture du Livre Saint s’arrêtera à la gorge ?

Toute réduction de La Parole divine est une fermeture, une privation de grâces qui neutralise les effets de la pratique religieuse. Que penser d’un homme agité dans une barque, s’imaginant qu’il est en train d’avancer alors qu’il a oublié qu’il est là pour rejoindre la rive ?

Il ne s’agit pas de rendre nos facultés mentales inopérantes mais de les mettre à leur juste place : on ne peut pas tout mesurer à travers elles. Nous ne pouvons réduire la Réalité divine et Sa Miséricorde à notre chétive mesure individuelle. Ce serait L’envisager alors comme une abstraction en niant la dimension symbolique du monde dont la seule raison d’être est de constituer un « Signe » nous permettant de réaliser qu’il n’y a d’autre réalité que la Sienne. « Nous leur ferons voir aux horizons et en eux-mêmes que ceci est la Vérité »

Dieu est infiniment Transcendant, et, pourtant, Il dit être plus proche de nous que notre « veine jugulaire » (Coran L, 16); « Rien n’est semblable à Lui et Il est Celui qui entend et qui voit ». Le mental ne peut Le concevoir ce qui fait que certaines réalités ne peuvent être perçues qu’intuitivement aux consciences disposées à les recevoir. Du plan de la croyance et de la conviction, nous passons à celui de la foi et de la certitude, où les réalités spirituelles sont bien plus réelles que le monde physique et mental.

De même que le Coran a un sens extérieur et un sens intérieur, deux aspects d’une même réalité, le Prophète (saws) ayant pour nature le Coran a de façon équivalente une dimension substantielle et une dimension essentielle. Le Coran est descendu sur son cœur, le « lieu » des descentes spirituelles et celui de notre remontée (ascension) vers Dieu. « Si vous aimez Dieu, suivez moi, Dieu vous aimera et vous pardonnera vos péchés » (Coran III, 31)
C’est par cette « descente » que les savants sont les héritiers des Prophètes et non pas de simples banques de données. Dieu mentionne les cœurs de Ses vrais savants ainsi : «Il consiste plutôt en des versets évidents, (préservés) dans les poitrines de ceux à qui le savoir a été donné. Et seul les injustes renient nos versets.» Le Prophète (saws) a également dit : « Craignez la perspicacité du croyant car il voit avec la lumière de Dieu ». Quand Dieu voudra anéantir notre monde, il est dit qu’Il y retirera non pas la science mais les savants.« Il donne la sagesse à qui Il veut, et celui à qui la sagesse a été donnée aura reçu un grand bien » (Coran II, 269)

« Remarquez ce qu’était l’expression de la sagesse et ce qu’elle est devenue. Cela nous donne une idée pour ce qu’il advint des autres termes [...]
La science dont l’approfondissement extrême est louable est celle de la connaissance des attributs et des faits de Dieu et de la loi qui régit Sa Création ainsi que de Sa Sagesse qui donne primauté à l’au-delà par rapport au monde d’ici-bas.

Cette science est recherchée pour elle-même car elle est la voie vers le bonheur dans l’au-delà…C’est un océan dont on ne peut atteindre les abysses…. Ceci est en premier lieu. Ensuite peuvent y aider, la méditation, la purification du cœur et l’imitation des Prophètes et des saints. On ne peut aller vers cette science que par l’effort. On ne peut s’en passer. [...]

Les rebuts des savants s’expriment par les œuvres apparentes au même titre que s’expriment les rebuts des médecins par l’enduction de la peau. [...] beaucoup se sont tournés vers les œuvres apparentes plutôt que vers la purification du cœur à cause de l’aisance d’œuvrer avec les membres du corps et de la difficulté d’œuvrer sur le cœur. [...]

Qu’il est idiot celui qui voit les vipères et les scorpions entrer sous ses vêtements prêts à le tuer et qui demande un chasse-mouches pour chasser les mouches de la face d’autrui, ce qui ne peut lui servir à rien lorsque les scorpions et les vipères l’auront piqué. »(1)

Quant aux autres sciences, elle ne doivent pas être recherchées pour elles-mêmes car elles sont vastes et la vie est courte. On ne doit pas multiplier les moyens mais prendre le nécessaire. Si l’étude exégétique du Livre Sacré, de la Tradition du Prophète et de toutes les sciences du Coran est utile et louable, on ne doit pas en oublier l’objectif.


« D’aucuns exagèrent dans le fanatisme pour la vérité et considèrent avec mépris ceux qui sont en désaccord avec eux [...] ils ont fait du fanatisme un moyen et un caractère et l’ont appelé une défense de la religion et une lutte pour les musulmans. En vérité, et à bien y voir, il n’y à là que perdition pour les gens et une consolidation de l’hérésie dans les âmes. [...]

Un docteur de la loi a vu un jour en rêve un savant. Il lui demanda : qu’en est-il de ces sciences où tu débattais et arguais ? Il souffla dans la main et répondit : « Elles sont tombées en cendres et il n’y eut que deux génuflexions que j’ai faites au cœur de la nuit qui me furent d’un bénéfice. Une parole du Prophète : « Les gens ne se trompent lorsqu’ils sont sur le droit chemin que lorsque la polémique s’installe parmi eux », le Livre : « Ils ne te le proposent en comparaison que par esprit de contradiction, car ils sont un peuple acharné à la discussion » (Coran Al-Zakhraf, 58) Le Prophète explique la Parole du Très-Haut : « Ceux qui de l’entendement est perverti », des gens qui aiment la contradiction et qu’il faut éviter. Un ancien pieux disait : « Il y aura à la fin des temps un peuple qui ne fera plus d’œuvre pieuse mais ne connaîtra que la polémique »… Une parole rapportée (Khabar) « Les gens les plus haïssables pour Dieu sont les adversaires querelleurs » et « Dès que viennent les dialecticiens, l’œuvre se trouve impossible » [...]
Les plus hauts degrés qu’un homme peut atteindre dans les sciences sont ceux des Prophètes et des Saints qui leur sont proches ». (2)
______________________
(1)
 et (2) « Les piliers du musulman sincère» de Al Ghazâli, Al Bouraq.


« Le savoir n’est pas dans les discours nombreux mais c’est une lumière qui est projetée dans le cœur » (Ibn Massoud)
« Le châtiment des savants est la mort du cœur » (Hassan)
« La félicité parfaite appartient au groupe de ceux qui joignent le sens externe et le sens interne » (Ibn Arabi)

 


Retour catégorie

Retour à l’accueil

12345