Ô bien-aimé !

Écoute, ô bien-aimé !
Je suis la réalité du monde,
le centre et la circonférence,
J’en suis les parties et le tout.
Je suis la volonté établie entre le ciel et la terre,
Je n’ai crée en toi la perception
que pour être l’objet de Ma perception.
Si donc tu Me perçois, tu te perçois toi-même
mais tu ne saurais Me percevoir à travers toi.
C’est par Mon oeil que tu Me vois et que tu te vois,
ce n’est pas par ton oeil que tu peux Me concevoir.

Bien aimé,
tant de fois t’ai-Je appelé,
et tu ne M’as pas entendu !
Tant de fois Me suis-Je à toi montré,
et tu ne M’as pas vu !
Tant de fois Me suis-Je fait douces effluves,
et tu n’as pas senti,
nourriture savoureuse
et tu n’as pas goûté.
Pourquoi ne peux-tu M’atteindre
à travers les objets que tu palpes ?
Ou Me respirer à travers les senteurs ?
Pourquoi ne Me vois-tu pas ?
Pourquoi ne M’entends-tu pas ?
Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Pour toi Mes délices surpassent
tous les autres délices,
et le plaisir que Je te procure
dépasse tous les autres plaisirs.
Pour toi Je suis préférable
à tous les autres biens.

Je suis
la Beauté
Je suis
la Grâce

Bien-aimé, aime-Moi….

(Ibn Arabi)

Retour catégorie « Art » (poésie sacrée)

Retour catégorie « Amour »

Retour à l’accueil

Publié dans : â–  ART :, - De la poésie sacrée (5) |le 14 décembre, 2006 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 1 mai, 2014 à 14:42 stephane bulan écrit:

    Quelle flèche!
    Touché, mille fois touché!

  2. le 8 mai, 2014 à 17:47 aminour écrit:

    Heureux que vous soyez touché… mille fois !
    Cordialement.

Laisser un commentaire

ALL FOR ISLAM |
Ammaara's blog |
... de Christ et c'est tout. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mchefatima
| Etat et religion
| Histoire chrétienne