Le terme de la Voie

20061115074300coucherdesoleil.jpg

La Réalité est La Réalité, immuable en elle-même malgré la diversité des aspects qu’elle donne à voir. Cette Réalité unique (al-Haqîqatu-l-Ahadiyyah) est désignée par Et-Tawhid : l’Unicité de Dieu.
Le thème solaire illustre bien ce dont il s’agit. L’ombre n’a de réalité que par rapport au soleil, à la projection de ses rayons –réfractions de cette unique lumière- qui symbolisent les Noms et les Qualités divines. Elle est une image de la réalité illusoire de l’existence qui sera totalement résorbée au Zénith du soleil. [1]Cette résorption Tous doivent nous faire retour » -Coran-], ou réalisation duTawhid est le but et le terme de la Voie. Elle consiste à lever les voiles afin de contempler ce qui est immuablement de toute éternité. Par cet « œil » [aïn], seule la vision est nouvelle. (Il est remarquable que le terme aïn veut dire « œil » mais aussi « source », « essence », « identité » etc…)

« L’homme a été créé comme un résumé de l’univers et placé au confluent de tous les mondes ; ainsi peut-il accéder à tous les ordres de réalité ; selon qu’il regarde par le truchement des sens externes [zawâhir] ou par celui des facultés internes [bawâtin], il perçoit les formes sensibles ou les réalités intelligibles –les universaux, les Idées divines (al-ma’âni ; pluriel de ma’nâ)-.
Ces deuxmodes de connaissances qui s’exercent chacun sur un plan distinct ne sont pas nécessairement incompatibles. Ils ne le sont que dans la mesure où un mode de perception devient exclusif et cache le niveau de réalité qui lui est,
- soit extérieur-l’homme est alors victime de ses sens, incapable de saisir autre chose que l’écorce des choses-,
- soit intérieur-auquel cas l’homme, tout absorbé par la contemplation des réalités célestes, risque d’oublier ses devoirs terrestres et les statuts de sa condition de « serviteur ».

Aussi le soufi accompli est-il celui pour qui la perception distinctive (farq) des êtres et des choses ne constitue pas un voile qui lui cache l’unité essentielle (jam’) des mêmes êtres, et inversement. Celui-là ne perçoit plus par ses propres facultés mais par une connaissance intuitive (kashf) qui participe de la révélation que Dieu désire pour sa créature comme pour Lui-même ; il n’y a plus pour lui d’opposition entre extérieur et intérieur, sensible et intelligible, mais une seule vision synthétique (‘ayn al-jam’) de la Réalité toujours identique à elle-même dans la diversité de ses hypostases. Tel est le terme de la Voie (wusûl al-tariq)…. » [2]


[1]
VoirLe Symorgh
[2] Annotation de Jean-Louis Michon (Ali Abd al-Khaliq) se rapportant à sa traduction des deux traités sur l’unité de l’existence du Soufi marocain Ahmad Ibn’Ajiba (1747- 1809).

 

retour sommaire catégories/
retour à l’accueil

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

ALL FOR ISLAM |
Ammaara's blog |
... de Christ et c'est tout. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mchefatima
| Etat et religion
| Histoire chrétienne